Réforme 7- Mettre l’administration publique entre les mains des citoyens

Frustration, perte de temps, grogne … pour les usagers des services publics, ces sentiments dominent bien souvent. Pour réduire tout cela, l’e-gouvernance mènera Madagascar vers la digitalisation de son administration publique. Quand on évoque la digitalisation, l’opinion traduit cela bien souvent par l’informatisation, ce qui est faux ! Pour le cas de la Grande île, l’informatisation n’est qu’un outil parmi tant d’autres pour atteindre les objectifs fixés: profiter pleinement des évolutions technologiques pour permettre aux citoyens d’accéder facilement aux services publics numériques. C’est l’objectif à atteindre dans la démarche de digitalisation de la fonction publique. L’idée est simple: faciliter l’accès du citoyen aux services publics tout en réduisant au maximum les contacts afin d’éradiquer toute tentative de corruption ainsi que les pertes de temps qu’engendre le déplacement du citoyen vers les services publics. Les agents de l’administration publique gagneront également en temps et en efficacité. L’utilisation de la technologie numérique dans l’administration permettra aussi la transparence et la traçabilité de toutes les transactions faites avec l’État et de réduire d’une manière considérable les corruptions qui gangrènent le quotidien de la population malgache.

Plusieurs chantiers ont déjà commencé dans ce cadre pour ne citer que :

  • L’appui de l’UGD à des chantiers de digitalisation de certaines administrations (plateforme Orinasa de l’EDBM, plateforme Vaksiny du Ministère de la Santé Publique, …),
  • La Digitalisation des 3 juridictions (TPI, TA, TF) du système judiciaire
  • La Mise en place d’un tableau de bord de gestion des ressources humaines de la Présidence qui sera très bientôt interopérable avec l’AUGURE,
  • L’Appui à la mise en interopérabilité des systèmes d’information de la Direction Générale des Impôts et la Direction Générale des Douanes.
Mots-clés
e-gouvernance, digitalisation